Chroniques littéraires
novembre 16, 2019

Réconcilier les traditions sur le Chemin des Anges

Réconcilier les traditions sur le Chemin des Anges

Le voyage est multiple et, du Chemin de Compostelle au pèlerinage de Shikoku, la randonnée itinérante est l’une de ses nombreuses facettes qui fait de plus en plus d’adeptes dans un monde en perpétuelle agitation. Vivre au rythme de ses pas, en prenant le temps, quelle incroyable liberté. Alors poursuivons, sur le Chemin des Anges…

“Libre d’être ce que je dois être”

Elle a des airs de Pocahontas sous ces traits qui font d’elle une femme d’ici et d’ailleurs. De la Russie au Zanskar, elle brouille les pistes. Linda Bortolletto est de celles qui, un jour, ont réalisé un changement de vie radical, sortant du cadre et des conditionnements pour partir dans une quête de soi, de réponses (aux incessantes questions existentielles), de spiritualité et de reconnexion à la nature, sauvage. Son premier livre, Là où je continuerai d’être, retranscrit avec authenticité cette renaissance parmi une communauté Tchouktche, au Kamtchatka. Depuis, elle construit sa vie dans une succession d’épopées étourdissantes. Le voyage ? Un apprentissage, répond Linda, de la vie, de l’existence, du monde.

L’art de sortir des sentiers battus… sur le Shvil

Son dernier récit de voyage, Le Chemin des anges, raconte 1100 kilomètres parcourus à pied, du nord au sud d’Israël. De phrases courtes et poétiques, elle raconte la lumière, les paysages, les conversations et les sensations dont elle se nourrit au quotidien. En chemin, quant elle n’est pas invitée au hasard des rencontres ou à camper seule, elle fait appel à l’hospitalité des “anges du chemin”, une liste de personnes à prévenir un jour ou deux à l’avance et prêts à lui ouvrir gratuitement leur porte, des kibboutz notamment. Elle marche, passe par Jérusalem et la mer morte jusqu’à la seconde moitié du parcours, le désert… “L’émerveillement a-t-il une limite en ces lieux ?”, interroge Linda.

Ressentir l’énergie

“- Hey ! Pourquoi crois-tu que je reviens sans cesse ? Chaque fois est différente. Cette terre, on peut en dire ce qu’on veut, du bien comme du mal, mais on y trouve toujours quelque chose. Venir ici, ce n’est pas anodin. Il ne faut pas s’arrêter aux mots, il faut ressentir pour se faire sa propre idée. Ressentir l’énergie. […] et ce pays, il va te le rendre. Il est minuscule en surface, mais c’est un putain de concentré, ce pays !”, dit un pèlerin.

Chamboulée par l’énergie si forte des lieux, ce concentré d’histoires, de mythes et de religions, elle reviendra deux fois. Pour tenter de comprendre. Est-ce que c’est moi qui ai fantasmé ce que j’ai ressenti ou y a-t-il vraiment quelque chose ?, questionne-t-elle sans cesse.

“Ma fille, c’est parce que nous sommes en adaptation perpétuelle ! C’est ça notre vie ! Nous sommes tous différents ! Nous venons de partout, d’ici ou d’ailleurs, de tous pays, de toutes religions, toutes cultures. Il faut bien qu’on arrive à communiquer et vivre ensemble !”, lui répond une israélienne.

Au milieu de ce chemin de randonnée, à ce carrefour des religions, la “mosaïque” de ses expériences passées se reconstitue, unissant les traditions, ses précédents moments de vie auprès de chamans et de bouddhistes, ses propres racines (catholiques et musulmanes) et, de façon générale, au-delà des religions, cet attrait pour la spiritualité, le monde de l’invisible. D’apparences dissemblables, elles puisent à cette même source : “se libérer, s’élever intérieurement et aimer”. Le Shvil marque la fin d’un cycle, l’apprentissage. Tout est Un.

Réconcilier le monde

“Être sur une parole d’amour”, dit Linda au détour d’une conversation, c’est ça la clé. La compassion est la racine du bouddha. Mais dans notre société, est-ce vraiment applicable ?, questionne-t-elle. “Pourquoi en est-on arrivé là alors que l’on sait les fameux leviers vertueux, la tolérance, le respect, etc. C’est ce qui m’intrigue, qu’est-ce qui ne va pas dans le monde et dans l’humanité ?”, interroge-t-elle alors que nous commentons l’effondrement à venir. Et de citer les trois maux (d’après le bouddhisme, toujours) : peur, ignorance, colère. Préférant le développement intérieur à la lutte contre un modèle sociétal, la construction d’alternative à la manifestation, elle invite à s’interroger : “Et donc, qu’est ce que je construis pour le monde de demain ?”. Et vous ?


Le Chemin des anges : Ma traversée d’Israël à pied, de Linda Bortoletto (2019) est en vente sur le site des librairies indépendantes.

Son site internet : Linda Bortoletto

° * Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir en vous abonnant à la page d'un CLIC ! * °

A découvrir...

  • Réconcilier les traditions sur le Chemin des Anges
  • Sur les traces d’un esprit libre, de l’Écosse à l’Île au trésor
  • Randonnées sportives entre mer et montagne sur la côte italienne
  • Les Comores version française dans un lagon paradisiaque
  • J’ai testé : 11 jours de méditation Vipassana en Thaïlande (SUITE)
  • Ivre de steppes, dans l’hiver glacial de Mongolie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.