Chroniques littéraires
avril 28, 2020

“Près de 90% de la population totale est visée à l’heure actuelle” (fiction 3/3)

“Près de 90% de la population totale est visée à l’heure actuelle” (fiction 3/3)

Dans cette courte fiction, j’ai utilisé les divinités de la mythologie grecque comme figures allégoriques afin d’avoir une meilleure compréhension des menaces qui pèsent sur les océans et la biodiversité marine. Ce récit s’appuie sur les données scientifiques actuelles. Saurez-vous retrouver ce qui se cache derrière chaque symptôme ?

Si vous avez manqué le début : 1ère partie


Royaume à la dérive

– 3ème partie –

De retour au royaume d’Atlantide, ruminant les propos de la journée avec inquiétude, il ne remarque pas tout de suite la longue file d’attente devant les urgences. Soudain, une ambulance rugit à son oreille. Sur le parvis, les infirmiers déchargent sur des brancards des centaines de blessés ; pour beaucoup, il est déjà trop tard.

Pocheteau gris, Vaquita,… A l’accueil, le jeune interne note le nom des espèces qui se présentent, vérifiant de temps à autre un large annuaire. Cela fait plus de cinquante ans qu’on est débordé et largement en sous-effectif, j’en ai marre de ces conditions de travail, des gardes de vingt-quatre heures à n’en plus finir… marmonne-t-il en jetant un regard accusateur vers le souverain qui s’empresse auprès de ses sujets. Un chariot manque de le heurter. Une vieille femelle Thon rouge du Sud repose, le flanc béant.

– Laissez-moi mourir, je veux partir, laissez-moi, marmonne-t-elle en s’agitant faiblement.

Au premier étage, la vision est cauchemardesque. En parcourant les chambres où s’entassent les victimes du piscicide, Poséidon IV se remémore les premières années. L’éradication touchait les plus grands, une discrimination par la taille. Aujourd’hui, rarement nécessaires, les lits doubles ont fini au sous-sol pour laisser place à une quantité exponentielle de couches étroites. Près de 90% de la population totale est visée à l’heure actuelle. Des familles entières autrefois à l’abri commencent à paniquer. Le pire, c’est la vision de ces enfants et adolescents, morts trop tôt. Les chambres bondées se succèdent ; Morue de l’Atlantique, Vivaneau Campêche, Flétan de l’Amérique, Truite à lèvres molles. Résidents à l’année depuis des décennies, ils ont le privilège de voir leur nom gravé sur leur porte.

Il entre dans l’une d’elles. Sur la feuille de soin accrochée au lit du malade l’infirmier a écrit en lettres rouges : SURPÊCHE – CHALUTAGE. Le patriarche, âgé de cent cinquante ans, est allongé dans son vêtement orange. C’est l’Empereur, originaire des profondeurs.

– On avait entendu les nouvelles, il fallait rester caché, tout au fond dans l’obscurité. Alors on a attendu. Et puis voilà qu’un jour, par surprise, ils sont arrivés et ils ont tout raflé. Les immeubles, la crèche, le grand potager… Tout ! Tout a été décimé…, raconte-t-il avant d’expirer.

A ses côtés, le Grenadier de roche baisse la tête en silence.

– Sans logement et nulle part où aller, nombre d’entre nous ont péri.

Dans les chambres suivantes, aux pieds de corps mutilés ou handicapés par des squelettes déformés, les caractères majuscules épellent d’autres formes d’éradication, pêche électrique, à la dynamite ou fantôme.

Arrivé dans l’aile de luxe, il découvre les victimes collatérales des grandes campagnes d’éradication à la crevette notamment. Au mauvais moment au mauvais endroit. L’histoire l’attriste. Dauphins, phoques ou oiseaux plongeurs, entrainés par leur gourmandise, n’ont pas vu les filets se refermer sur eux. Les tortues marines, assaillies de mille maux, disposent d’un espace privé. C’est ici aussi que se trouve le cabinet renommé de chirurgie esthétique. La demande est si forte que la liste d’attente pour la pose d’ailerons de substitution est récemment passée à trois ans. Les requins patientent, guettés par l’asphyxie.

Avant de prendre l’escalier, le Seigneur des mers croise la Baleine à bosse qui sort de convalescence en bondissant gaiement. Par précaution, le médecin lui a ordonné des visites de contrôle régulières. Les riches familles de cétacés bénéficient de thérapies onéreuses, et pourtant, nombreuses sont celles qui demeurent dans le coma, sourdes à leurs congénères.

En arrivant au deuxième étage, il manque de glisser sur une grosse flaque noire ébène. D’autres tapissent le couloir et l’air d’une odeur asphyxiante. Les victimes attendent leur tour, à bout de force, sous un lourd manteau sombre et gluant. La salle des bassins de nettoyage chimique est bondée ; c’est la sept-centième marée noire en vingt ans. Dans les chambres du Service des grands intoxiqués, les moniteurs affichent des taux alarmants d’engrais chimiques, métaux lourds, solvants, micro-plastiques, substances radioactives et pétrole. Indifférents aux bips sonores, les patients gisent dans un état critique.

Poséidon IV poursuit son chemin, soupire entre deux chambres, sourit aux blessés, dissimule son impuissance dans des paroles de réconfort puis continue, las. Sur le registre des espèces atteintes par les OMNI (Objets marins non identifiés) il dénombre plus de huit cent enregistrements. Une petite croix précise les rescapés, infimes, blessés ou handicapés à vie. Les contenus stomacaux des derniers patients opérés débordent d’une immense poubelle ; mégots de cigarettes, déchets plastiques en tous genre, polystyrène et matériel de pêche font la majorité.

Au troisième étage, le Service de rhumatologie accueille les coraux, spectres blancs de peur. La mort les a frôlés d’un courant chaud, certains ne s’en remettront pas. Les oursins, crustacés et mollusques sont ici en observation. Leur squelette ou structure calcaires montrent des signes de dissolution et de fragilité qui mettent gravement en péril leur survie.

C’en est trop ! Le jeune Dieu regagne la rue, abattu par la vision de son peuple agonisant. Il erre, désespéré, lorsqu’au détour d’une ruelle un attroupement l’empêche d’aller plus loin. Il s’arrête, bouche bée. Devant le bureau d’émigration d’Atlantide, une foule immense patiente en rangs serrés à perte de vue. Les familles attendent un visa pour des aires marines protégées ou pour les pôles. C’est l’exode. Près d’un guichet, des vociférations s’élèvent. La Police de l’Antarctique tente de retenir des crabes réputés pour décimer les populations indigènes. Tout à coup, l’un d’eux attrape l’officier de sa pince, lui tranche la tête d’un claquement sec et force le passage, entrainant à sa suite un cortège d’individus affaiblis par la chaleur.

Cette nuit, il fait un cauchemar… Des marteaux-piqueurs posaient leur mèche sur les mégalopoles récifales et actionnaient la détente dans des vrombissements insupportables, réduisant en miette cathédrales et musées. Une pelleteuse raclait les décombres. Dans des jets d’encre noire, de gaz et de pierres, les populations étaient anéanties. C’était le chaos. Chacun voguait au hasard des courants, perdu dans l’immensité. Le cannibalisme se répandait. Des corps flottaient avant de sombrer sur un épais tapis de chair en décomposition remuant des effluves nauséabonds… Il se réveille en sueur quand un conseiller fait irruption dans sa chambre, haletant.

– Sir, on a découvert près de trois milliards de tonnes d’armes. Arès les a coulées au fond de l’eau il y a cent ans. Les fuselages sont corrodés, on risque une contamination chimique sans précédent !

FIN


Divinités dans la mythologie grecque :

  • Poséidon : Dieu de la mer et des océans
  • Arès : Dieu de la Guerre

° * Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir en vous abonnant à la page d'un CLIC ! * °

A découvrir...

  • “Près de 90% de la population totale est visée à l’heure actuelle” (fiction 3/3)
  • “L’espèce était inoffensive jusqu’à une mutation génétique récente” (fiction 2/3)
  • “J’ai pris du Tsunamicilline® mais cela n’a fait qu’aggraver mon indigestion” (fiction 1/3)
  • Les trésors de la forêt tropicale humide costaricienne
  • Réconcilier les traditions sur le Chemin des Anges
  • Sur les traces d’un esprit libre, de l’Écosse à l’Île au trésor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.