Carnet de voyage
février 27, 2016

Voyage à travers l’Inde du Sud

Voyage à travers l’Inde du Sud

(Fin mars 2013) Après deux mois passés au Sri Lanka en tant qu’écovolontaire, j’ai pris l’avion pour rejoindre le sud de l’Inde. Arrivée dans ce pays mystérieux, voici mes impressions, de Kochi à Gokarna…

Bienvenue en Inde

inde-du-sud-yoga-couleursNamaste depuis l’Inde, pays des 1001 nuits. Le nom à lui seul fait rêver, me remémorant tant d’histoires ou de films gardés dans un coin de ma mémoire. Des sultans, des princesses, des tapis volants et des cavernes remplies de trésors, des couleurs, des lieux magiques et des paysages hors du temps. Une ambiance qui trotte dans l’atmosphère et me fait penser : « Mais oui, c’est l’Inde, évidemment ! ».

Le guide Lonely Planet pèse bien deux kilos, et c’est compréhensif quand on voit à quel point ce pays est immense. D’après les routards rencontrés en cours de route, chaque ville a une liste sans fin de Choses à voir/à faire. Cependant, la voyageuse que je suis a un peu mal au dos à force de trimbaler son gros sac à droite et à gauche tous les trois jours. L’Inde restera un pays à découvrir, une autre fois, accompagnée de préférence, et sera pour le moment une expérience plutôt spirituelle à la recherche de moi-même.

Séjour à Kochi

inde-voyageUne heure et demie de vol pour rejoindre Kochi (sur la côte sud-ouest de l’Inde) au départ de Colombo. Après deux heures de bus relativement calmes, j’arrivais au Fort, la partie plus touristique de Kochi située sur un îlot. Un certain charme romantique se dégage de cette ville aux influences européennes.

Kochi est réputée pour les filets de pêche chinois, ces impressionnants filets perchés le long de la côte que les pêcheurs remontent régulièrement à l’aide de larges cordes. Très joli au coucher de soleil ! La chaleur est étouffante dans la chambre de l’hôtel malgré le ventilateur. Trois pas dehors et me voilà transpirant déjà à grosses gouttes. Les vaches sacrées et les chèvres, qui se baladent librement au milieu des routes, mangent tout ce qu’elles trouvent, jusqu’à décoller les affiches publicitaires des murs (employées par la mairie ?).

La propreté vue par les Indiens

inde-sud-paysages

En bord de mer, une sorte de Promenade des Anglais longe la plage couverte de déchets. Les bas-côtés sont des décharges publiques quand pourtant les poubelles existent ! Au Sri Lanka, ils avaient au moins la « décence » de brûler leurs déchets. En réalité, les Indiens ont une vision très particulière de la propreté : ils balaient tous les jours à l’intérieur et aux alentours de leur maison, même sur la route ; mais en dehors du cercle privé, c’est sans remords qu’ils jettent tout et n’importe quoi par les fenêtres du train, au milieu de la rue ou sur la plage. Simple réflexe qui prédit un triste avenir pour l’environnement…

Se déplacer en train en Inde

Acheter un billet de train en Inde relève de l’exploit. Mieux vaut s’y prendre au moins trois semaines à l’avance, au risque de payer plus cher son billet ou de ne pas obtenir de place du tout – bien que le train ne soit absolument pas plein ! Le système administratif est un brin compliqué (et j’avoue être un brin impatiente). J’ai pris le train de nuit pour rejoindre Gokarna, une petite ville traditionnelle au sud de Goa. Plus de quinze heures de voyage dans un compartiment climatisé (on se croirait dans un frigo !), où l’on se voit distribuer draps, couverture et coussin pour la nuit. Les couchettes sont (très) dures, alignées sur deux ou trois étages et séparées du couloir par des rideaux. Au dehors, les paysages défilent…

Paysages de l’Inde du Sud

inde-du-sud-yogaLe sud-ouest de l’Inde est réputé pour ses backwaters (marais), plus ou moins grandes étendues d’eau reliées par des canaux ombragés à l’intérieur des terres, avec une dense végétation tropicale (définition du Petit Futé) ; paradis pour les oiseaux. De petits villages sont installés au milieu de ce paradis, les pieds dans l’eau.

Le sud de l’Inde ne diffère pas tant que ça du Sri Lanka. La communication est plus facile en anglais, même avec les personnes âgées. Concernant les vêtements, j’adhère totalement à la mode des pantalons bouffants au tissu léger, aux motifs si colorés et originaux, et je craque devant les écharpes et pashminas ! Pas facile cependant de garder un habillage décent, qui couvre chevilles et épaules, sous cette chaleur. La vie est un peu plus cher qu’au Sri Lanka par contre et un certain temps d’adaptation est nécessaire pour se faire à cette nouvelle monnaie :

« Alors 120 roupies sri-lankaises ça fait maintenant 50 roupies indiennes, soit 0,7 euro et 1 dollar… Quelqu’un aurait une calculatrice ? »

Festival religieux à Gokarna

inde-voyages-yogaA Gokarna, je me trouve face à un paysage plus sec et désertique. Un festival a lieu pendant quelques jours pour célébrer l’une des divinités Hindous. A l’image de la mythologie Grecque, il y en a un certain nombre ; sauf qu’ici elles sont bleues, ont des têtes d’éléphant, de tigre ou de singe, ont quatre pieds et six mains, etc. Oui, ils ont le mérite d’être originaux ! Deux grands chars décorés pour l’occasion traversent la petite ville le jour J, tirés par la foule. Des stands de sucreries, de vêtements, de breloques bordent les rues. Des jeunes se font même tatouer au milieu de l’agitation, et je m’interroge sur l’hygiène du matériel.

Direction le sud !

J’ai passé cinq jours dans une grande maison paisible à apprendre les bases du yoga et de la méditation. Le plein d’énergie avant de reprendre le train en sens inverse pour rejoindre la pointe sud de l’Inde. Vingt-quatre heures de voyage (c’est long !). Aux abords de Thiruvananthapuram (ou Trivandrum pour les touristes qui auraient quelques soucis de prononciation…), capitale de l’État du Kerala (côte sud-ouest), je vis depuis deux semaines dans un ashram. Une expérience nouvelle et très enrichissante que je prévois de poursuivre un peu plus longtemps que prévu…

Retrouvez l’ensemble des articles de ce voyage ici : Huit mois autour de l’Océan Indien

* * * Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir d'un seul clic, merci ! * * *

One comment on “Voyage à travers l’Inde du Sud”

  1. Hypno 180 dit :

    J’ai beaucoup aimé Allepey et voyager 24h sur un bateau. C’est vraiment une expérience unique dans sa vie. Les backwaters sont magnifiques. La seule chose c’est qu’il faut prendre le temps de négocier. Avec mon partenaire on a trouvé un bateau à 5000 roupies au lieu de 8000-9000 roupies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge