Carnet de voyage
mai 14, 2016

Muang Ngoi et Nong Khiaw, villages authentiques au nord du Laos

Muang Ngoi et Nong Khiaw, villages authentiques au nord du Laos

Un jour après la date d’expiration de mon visa vietnamien, je traverse la frontière laotienne en bus au départ de Dien Bien Phu. Muang Khua est le premier village sur la route, où je passe une nuit dans une agréable guesthouse (Manotham guesthouse). Attablée devant la fenêtre de ce bungalow assez basique, je savoure la vue qui s’offre à moi : la rivière et la berge en face, couverte de végétation, derrière laquelle se devine quelques habitations. Si ce n’était la musique allumée toute la journée au restaurant voisin ou le karaoké le soir, je serais bien restée une journée de plus…

Muang Ngoi Neua, un petit paradis isolé

muang-ngoi-laosAprès plus de 44 heures passées dans le bus au cours de ces huit derniers jours, j’opte pour un nouveau moyen de transport : le bateau. Tellement plus tranquille. Nous sommes neuf touristes (dont un homme seulement) à prendre place dans une longue pirogue étroite un peu bancale. Après quelques minutes à débattre pour maintenir le prix de la traversée à son juste montant, c’est parti pour trois heures et demie de voyage sur le fleuve Nam Ou. Avec le bruit du moteur comme fond sonore, les paysages défilent ; un enchaînement de montagne et de forêts verdoyantes. Quelques buffles d’eau se baignent ou broutent sur la berge, et à ma grande surprise, plusieurs sont blancs et roses. Par quel effet du sort existe-t-il tant de buffles d’eau albinos dans cette région ?

Un village (tou)rustique

muang-ngoi-neuaMuang Ngoi, situé dans le nord du Laos, est un petit village isolé qui dispose de l’électricité depuis 2013 seulement. Environ une centaine de familles habite ici, vivant de la pêche, de l’agriculture ou du tourisme. Ce qui fait le charme de cet endroit ce sont ses routes, non bétonnées, où l’on circule au milieu des poules et des coqs, si fiers. L’absence de trafic fait le charme de cet endroit. D’ailleurs, même si une route en terre relie ce village à Nong Khiaw, le moyen le plus simple pour y accéder est vraiment le bateau.

Le long de l’allée principale, plusieurs guesthouses offrent une jolie vue sur la rivière, proposant des bungalows avec hamac, ainsi qu’une dizaine de restaurants. Le soir, dès 22h, presque tout le monde est couché : les villageois se lèvent tôt pour aller travailler aux champs. Facile, les coqs commencent leur concert dès 4 ou 5h du matin – et quand il y en a plus d’une cinquantaine dans tout le village…

muang-khuaIci, plusieurs restaurants proposent sur leur carte des plats laotiens ou indiens. Je ne résiste pas à renouer avec cette cuisine variée et épicée pour changer un peu des nouilles de riz. Par contre, il faut savoir être patient car le service est vraiment long. Il y a généralement une ou deux personnes seulement en cuisine, et tout se fait sur place, au dernier moment ; même les courses ! Dans les placards, les provisions sont maigres, et il n’est pas rare de les voir partir acheter une cagette d’œufs ou un paquet de nouilles au commerce au coin de la rue, dès la commande passée.

Le soir, d’un geste vif, les enfants s’amusent à attraper de grosses cigales de 10 ou 15 cm de long, et jouent avec en appuyant dessus plus ou moins fort ; le son varie en intensité, et monte dans les aigus selon la pression.

En quête d’authenticité

muang-ngoi-neua-laosCe petit village a tellement de charme que j’y passerais bien une semaine ! Il plane une envie de ne rien faire, de se laisser vivre. Un air de vacances. Il se prête aux rencontres aussi, et je passe d’agréables moments avec plusieurs Français de passage. Et puis, la météo ne nous aide pas. La chaleur nous enveloppe et nous alourdit dès 10h du matin, et une randonnée d’une heure et demie jusqu’au village voisin sous le soleil tapant me laisse un peu un peu étourdie. La meilleure option reste encore de se baigner dans la rivière rafraîchissante, toute habillée pour ne pas offenser les jeunes moines bouddhistes qui viennent s’amuser.

Nong Khiaw, coincée entre les montagnes

S’évader dans les alentours

nong-khiaw-trekDepuis Muang Ngoi Neua, portée par le courant, je rejoins la ville suivante en 45 minutes. Nong Khiaw a beaucoup de charme aussi mais c’est un peu plus grand et plus développé. Environ 2500 personnes habite ici. Les routes sont bétonnées et les touristes plus nombreux. Heureusement c’est la basse saison, et on en profite car les prix des logements baissent du simple au double. Parmi les activités possibles à faire seul, il y a des randonnées vers deux points de vue différents et la visite de deux grottes (l’une où se cachaient les villageois et les soldats durant la seconde guerre d’Indochine, et l’autre pour ranger les munitions).

Un matin, avant que la chaleur ne s’empare de l’air ambiant, je me suis lancée dans l’ascension de cette montagne qui permet d’avoir un joli point de vue à 360° sur toute la région. Une heure de grimpette sur un chemin assez raide, où je m’arrête de temps à autre pour photographier quelques insectes (et souffler). Il y a une telle diversité de papillons ; magnifique !

Une ascension périlleuse

nong-khiaw-laos

Le ‘deuxième’ point de vue

Le lendemain matin, je me lance sur l’autre chemin. Le deuxième point de vue, un peu plus court, est accessible via un sentier encore plus raide. A ce stade, c’est presque de l’escalade. La mousson débute en mai et la nuit passée, un fort orage a lessivé le paysage. Le chemin est extrêmement glissant et une épaisse couche de terre et de feuilles se fixe sous ma semelle. Impossible de m’arrêter pour souffler car une nuée de moustiques assoiffés me suit de près. Après 40 minutes épuisantes, le dernier panneau me confirme que je suis presque arrivée avec l’inscription Be careful (« Faites attention »). C’est rassurant. Mais la descente est pire encore, et je m’accroche aux troncs et aux lianes alors que le sol se dérobe sous mes pieds – le lendemain matin, les courbatures se font sentir ! Certains arbres sont tombés à cause de l’orage et m’obligent à crapahuter sous les lianes épineuses pour retrouver le chemin. Finalement, après quelques chutes et une dizaine de piqûres de moustique plus tard, j’atteins la route dans un bien piètre état.


BONNES ADRESSES Testées et approuvées à 200 %

    • Ning Ning Guesthouse (MUANG NGOI NEUA) : Disposés autour d’un jardin luxuriant, ces bungalows en matériaux naturels ont beaucoup de charme et préservent de la chaleur, comparé aux habitations bétonnées qui donnent sur la rivière. Les chambres sont spacieuses, propres et très jolies, avec l’eau chaude et le wifi. Le couple laotien qui gère cette guesthouse est souriant et très accueillant.
    • Ban Lao Village (NONG KHIAW) : Des bungalows sur pilotis, agréables et confortables, qui donnent sur la rivière Nam Ou. Sur le balcon, les hamacs sont parfait pour se détendre en profitant de la vue. Le propriétaire, Mr Church, parle très bien le français alors n’hésitez pas à lui demander des conseils pour organiser au mieux votre voyage.

 

* * * Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir d'un seul clic, merci ! * * *

One comment on “Muang Ngoi et Nong Khiaw, villages authentiques au nord du Laos”

  1. Aurélie dit :

    Souvenir Souvenir ! Je vois tes quelques photos et tout revient à ma mémoire… Je me souviens de l’ascension pour le point de vue, on a tellement galérer à grimper… On était en nage. Mais la vue en valait la peine.
    Aurélie Articles récents…« Brooklyn », une histoire d’exilMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge