Carnet de voyage
mars 10, 2016

Lever du soleil à Angkor Wat, merveille du monde

Lever du soleil à Angkor Wat, merveille du monde

Fin février, j’ai repris mon sac à dos (voir mon précédent périple autour de l’Océan Indien) pour un voyage en Asie du Sud-Est. Un billet aller, aucune planification, et qui vivra verra ! Après avoir traversé le Cambodge en bus en quelques courtes étapes, je me pose à Siem Reap…

Traversée du Cambodge, de Phnom Penh à Siem Reap

Arrivée en bus, premières impressions

visite-temple-d-angkorDepuis Hô Chi Minh-Ville où j’ai atterri, un bus m’a emmené jusqu’à Phnom Penh, la capitale du Cambodge. A la frontière, le visa se fait très facilement (visa touriste d’un mois pour 35$ – si vous pouvez le faire à l’avance, cela devrait vous revenir un peu moins cher). Malgré ces 6 heures de route, le voyage est plutôt agréable. A travers la fenêtre, les paysages défilent : en pleine saison sèche, le sol est jaune, sec et aride, et les feuilles de lotus dépassent bien d’un mètre la surface de l’eau. Une jeune Cambodgienne me tend un fruit de lotus (ce qui correspond au centre de la fleur) et m’invite à manger les graines fraîches à l’intérieur. Un goût de noisette crûe, et plein de bienfaits médicinaux !

Un détail attire mon attention et m’empêche de profiter vraiment de la vue. Le long de la route, et les jours suivants ne feront que confirmer mon premier aperçu, les déchets abondent. Des sacs plastiques, des bouteilles, des poubelles à moitié déchirées se retrouvent partout, que ce soit dans les rues ou dans la nature ! Cela semble pire qu’en Inde. C’est comme ça, les gens sont habitués à jeter tout et n’importe quoi par terre. Ainsi, à Phnom Penh, le ramassage des poubelles se fait à la pelle.

Phnom Penh, au bord du Mékong

cambodge-phnom-penhLa capitale Cambodgienne est bruyante, animée et poussiéreuse. L’air est particulièrement pollué, comme dans les autres grandes villes du Cambodge, et cela se sent… Je passe deux nuits dans la capitale et en profite pour me balader le long du Mékong. Les attractions touristiques sont peu nombreuses : quelques temples bouddhistes, le palais royal, le musée national et le musée Tuol Sleng qui présente les crimes de guerre des Khmers Rouges. Au hasard d’une rue, je renoue avec l’un de mes pêchés mignons exotiques (découvert à l’île Maurice) : le jus de canne à sucre. J’avais fait du change mais ce n’est pas particulièrement nécessaire au Cambodge car les dollars sont communément utilisés par tous.

battabamg-cambodgeCe qui me frappe ici, c’est le trafic. Traverser les rues est un vrai parcours du combattant : c’est simple, vous fermez les yeux et vous avancez, et Inch’Allah ! La priorité aux piétons ? Ah non, ça n’existe pas ; tout comme au Vietnam d’ailleurs. Au contraire, les klaxons redoublent si vous vous trouvez sur leur chemin, ce qui signifie clairement « Pousse-toi, je passe ». La signalisation est quasi inexistante, et les accidents sont nombreux :

« L’assemblée nationale cambodgienne a adopté le 5 décembre 2014 un train de mesures visant à améliorer la sécurité sur les routes du Cambodge. Le pays affiche en effet un taux record de plus de six morts par jour dans des accidents de circulation. » Cambodge-Post

Siem Reap : logement, nourriture et cours de yoga gratuits !

A Siem Reap, grâce au site Workaway, j’ai rejoint un studio de yoga. En échange de quelques heures de travail par jour, je suis nourrie et logée dans une auberge de jeunesse, et j’ai même la possibilité d’assister aux cours de yoga gratuitement ! Une super remise en forme, un cadre idéal pour préparer la suite de mon périple, et surtout le point de chute idéal pour visiter le trésor du Cambodge : les temples d’Angkor.

cambodge-siem-reapLa saison sèche est à son apogée, et les températures grimpent jusqu’à 39 °C !!! A ce rythme-là, ça devient du yoga bikram (hot yoga) ! Boire, boire, boire, et privilégier les noix de coco que l’on retrouve partout : alternative écolo aux bouteilles d’eau, et en plus c’est super bon pour la santé !

Siem Reap s’est rapidement transformée en ville sur-touristique. Les locaux en profitent pour faire grimper les prix. Un conseil, marchandez ou demandez à un passant Cambodgien le prix réel de tel ou tel produit. Chaque soir, l’une des nombreuses boites de nuit de la ville allume ses hauts-parleurs et fait profiter l’ensemble des habitants des musiques commerciales actuelles jusqu’à 3 heures du matin. Les Cambodgiens n’ont pas eu le choix : s’habituer à cette nuisance sonore insupportable ou déménager loin de Pub Street, qui porte bien son nom…


BONNES ADRESSES Testées et approuvées à 200% !

    • Restaurant végétarien Banllé (Road 26, Phum Wat Bo, Siem Reap) : Repas délicieux, réalisés avec des produits biologiques, à petits prix, dans un cadre calme et apaisant.
    • Glacier Gelato Lab (Hospital Street, Between Old Market Area and Pub Street, Siem Reap 855) : Un coup de cœur ! Testez le sorbet chocolat noir, un véritable délice !
    • Studio de yoga Ahimsa Yoga Academy (Hospital Street, Siem Reap).
    • Envie de vivre une véritable expérience gustative ? Bienvenue au Bugs Café (351 Bugs Street, Siem Reap) : cuisine gastronomique avec des ingrédients à 6 ou 8 pattes… Lire l’article On a testé ! du blog ShoesYourPath.

     

Les temples d’Angkor : Visite immanquable !

Pourquoi choisir le 3-days pass ?

Le Lonely Planet ne manque pas de superlatifs pour désigner les temples d’Angkor :

temples-dangkor« Il n’existe pas d’aussi grande concentration de richesses architecturales ailleurs sur Terre […] Le Cambodge est la capitale des temples d’Asie […] Angkor est l’un des sites anciens les plus impressionnantes sur Terre, comparable… en proportion à la muraille de Chine, aux détails et à la complexité au Taj Mahal, et en termes de symbolisme et de symétrie aux pyramides Égyptiennes. »

***

Angkor signifierait « Cité royale ou impériale », et aurait été l’une des premières métropoles d’Asie du Sud-Est. Des dizaines de temples, tout aussi impressionnants les uns que les autres, sont présents sur le site, mais le plus important est Angkor Wat :

« Angkor Wat, ville-temple brahmanique dédié au culte de Vishnou (dieu Hindou), construit durant la première moitié du 12ème siècle par le Roi Suryavarman II. Angkor Thom (la grande ville) telle qu’on la découvre aujourd’hui est le site de la capitale telle que bâtie au 13ème siècle par Jayavarman VII […] abandon de la cité d’Angkor environ un siècle plus tard. » Anglor-Planet

angkor-thomÉtant sur place, autant en profiter pleinement. Qui sait quand je reviendrai et comment va évoluer ce site sous le poids de plus d’un million de touristes annuels. J’ai donc choisi de prendre un ticket pour 3 jours (40$, valable une semaine), et je le recommande ! Le premier jour, en VTT (à louer, plus agréable qu’une simple bicyclette sur les chemins), j’ai réussi à voir le plus important en finissant par le coucher de soleil à Angkor Wat. Plus tard dans la semaine, de retour pour profiter du lever du soleil cette fois, j’ai continué en tuk-tuk vers quelques temples plus éloignés, tout aussi beaux.

Bien sûr, au premier abord ils peuvent sembler « tous pareils » mais en réalité, chacun vaut le détour ; que ce soit pour quelques statues, un point de vue, la végétation qui s’immisce au milieu des ruines ou la finesse des sculptures. Bien que laissés à l’abandon durant plusieurs siècles, il faut s’imaginer que sur ce site archéologique de plus de 400 km2 toute une société a vécu, un empire dominait… Si vous voulez voir de belles photos d’Angkor, regardez le portfolio de John McDermott, qui s’est passionné pour ce site. Magique.

3 raisons d’aller voir Banteay Srei

Situé à l’extérieur du périphérique d’Angkor, Banteay Srei est difficilement accessible. Un tuk-tuk est requis (20$ aller-retour depuis Siem Reap) mais cela vaut vraiment le détour !

temple-angkor-bantheay-srei
  • Aperçu de la vie rurale. Situé à plus de 30 km d’Angkor Thom, il faut traverser la campagne pour l’atteindre. Cette petite balade permet d’observer le mode de vie des habitants. Ici et là, des rizières avec quelques buffles, des habitations Khmers bâties sur pilotis, des hamacs, des noix de coco et autres victuailles vendues en bord de route, quelques coqs fiers et vigoureux qui se baladent au milieu de chiens endormis, etc.
  • Finesse des sculptures. Surnommé le « temple des femmes », Bantheay Srei est réputé pour la finesse et la beauté de ses sculptures. Et c’est vrai, on ne retrouve pas ce niveau de détails et de précisions dans les autres.
  • Cadre verdoyant. Le temple est très petit et on en fait rapidement le tour, mais il faut tenir compte du cadre aussi, vraiment très agréable. Un chemin entoure le site, au milieu de rizières, de végétation verdoyante et de ruisseaux remplis de nénuphars.

 

* * * Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir d'un seul clic, merci ! * * *

7 commentaires pour “Lever du soleil à Angkor Wat, merveille du monde”

  1. Rico dit :

    Très bel article sur Siem Reap et les temples d’angkor.
    La description que tu donnes du donnes en provenance du daily planet est juste parfaite « « Il n’existe pas d’aussi grande concentration de richesses architecturales ailleurs sur Terre […] Le Cambodge est la capitale des temples d’Asie […] Angkor est l’un des sites anciens les plus impressionnantes sur Terre, comparable… en proportion à la muraille de Chine, aux détails et à la complexité au Taj Mahal, et en termes de symbolisme et de symétrie aux pyramides Égyptiennes. ».

    J’y vais chaque année car mon frère y vit et je ne m’en lasse pas.

  2. Entièrement d’accord sur le choix de la durée du pass pour Angkor.
    3 jours semble être la dure idéale pour profiter d’Angkor.
    Y rester plus longtemps peut être une bonne idée pour les fans d’histoire et de ruines.
    Pour les autres, risque de saturation.

    J’y ai passé 3 jours et je ne me voyais pas y rester plus longtemps.
    Il suffit de bien choisir les temples que l’on souhaite visiter …

  3. Oui ! Ce pays m’a toujours étonné et fasciné à la fois, étant enfant pour avoir vu le temple d’Angkor Wat, fabriqué par un demi-fou ,avec des allumettes. C’était magnifique pour un enfant, avec toute sa puérilité. Depuis ce déclic, le peuple cambodgien me semble un des plus beaux de la planète. Et puis j’ai du découvert plus tard, avec Amnesty, les horreurs passées dans ce beau pays. Toujours les contraires, comme chez l’homme, entre le beau et le laid, le bien et le mal. Je te souhaite, Lauren, de chercher le beau et le bien. Ils existent. Bises, Bernard

  4. Papounet dit :

    Ton texte et tes photos donnent vraiment envie de s’y rendre. La question est faudrait-il restaurer ou laisser la nature reprendre ses droits ? As-tu vu la taille des ficus benjamina ? Bises

  5. Marion Moana dit :

    Très bel article qui me fait voyager avec toi et me donne envie d’aller vadrouiller dans ces lointaines contrées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge