Carnet de voyage
avril 19, 2016

La baie d’Halong terrestre, un décor féerique près de Ninh Binh

La baie d’Halong terrestre, un décor féerique près de Ninh Binh

Après une demi-journée d’émerveillement à l’intérieur de la grotte de Thiên Duong, dans le parc national de Phong Nha, je prends un bus de nuit en direction d’Hanoi. Décidément, ces couchettes sont vraiment adaptées au gabarit des Vietnamiens, et je plains les touristes qui ne rentrent pas dans les normes du pays. Je somnole sur la musique de mon ipod, qui me permet de couvrir partiellement le bruit du klaxon ainsi que les raclements de gorge sonores du conducteur. Vers 3h30 du matin, le bus me laisse sur le bord de la route à Ninh Binh. Encore endormie, je prends un taxi pour Tam Coc…

Tam Coc, ou la baie d’Halong terrestre

Vous souvenez-vous du film Indochine sorti en 1992, avec Catherine Deneuve et Vincent Pérez ? Plusieurs scènes se déroulent à la Baie d’Halong et à Tam Coc justement.

Un tour en bateau dans un décor de carte postale

tam-coc-baie-d-halong

L’activité incontournable à faire à Tam Coc (qui signifie « trois grottes ») est un tour en bateau sur la rivière Ngo Dong qui démarre du centre du village. A 12km de là, un autre tour attire encore plus de monde : Trang An, un site artificiel aménagé en 2008 pour les groupes de touristes asiatiques. Le point de départ est un véritable complexe touristique où une centaine de bateaux se déploie en file indienne, telles des perles sur un collier. Personnellement, j’ai préféré opter pour le tour originel qui a plus de charme.

***

tam-coc-ninh-binhVers 16 heures, alors que le soleil est déjà bas dans le ciel, j’embarque à l’avant d’une petite barque pour un tour de deux heures. Dans mon dos, un Vietnamien rame avec les pieds. Oui, c’est une tradition ici semble-t-il. A l’image de la baie d’Halong on navigue au milieu des structures karstiques, sauf qu’à défaut d’être au milieu de la mer celles-ci sont entourées de rizières et de cours d’eau. Cela lui a valu son surnom de « baie d’Halong terrestre ». C’est la fin de la journée, les touristes se font rares à cette heure, et les aigrettes et les martins-pêcheurs s’envolent à notre passage. On croise un jeune Vietnamien qui pêche avec une perche électrique, et lance le poisson attrapé au chat qui attend patiemment sur la berge. Avec ces pains de sucre, étranges pitons rocheux aux formes variées qui jaillissent au milieu du paysage sans relief, le décor est vraiment impressionnant.

La vieille pagode de Jade

A 3km de l’embarcadère de Tam Coc, sur le flanc de la montagne Bich Dong, se trouvent 3 petites pagodes. Construites au 18ème siècle, elles s’étagent sur trois niveaux différents d’où leurs noms de « pagode basse », « pagode intermédiaire » et « pagode haute ». Le point de vue tout en haut vaut le coup d’œil.

Vue panoramique depuis Hang Muahang-mua-tam-coc

La montagne Hang Mua (qui signifie « grotte de la danse ») se repère facilement de loin. Un dragon court sur sa crête et un escalier blanc grimpe sur son flanc, 450 marches pour atteindre un point de vue panoramique magnifique. Essoufflée, je pétille de joie en découvrant le fameux paysage des cartes postales de Tam Coc, avec la rivière Ngo Dong qui serpente entre les structures karstiques. Les rizières ne sont pas encore prêtes pour la récolte, qui s’annonce lorsque l’épi est d’un beau jaune doré, entre mai et juin.

chevres-tam-cocAu pied de la montagne se trouve le Mua Cave Ecolodge. Quelques bungalows spacieux et confortables dans un cadre enchanteur. C’est ici que je goûte à la spécialité locale : la viande de chèvre. On me sert un bol de feuilles et une assiette de viande grillée avec de la citronnelle. Devant mon air interrogateur, le serveur m’explique qu’il faut enrouler dans une feuille de figuier un peu de viande et de feuilles de menthe, et tremper ce nem dans une sauce aux cacahuètes avant de déguster. Très bon !

***


BONNES ADRESSES Testées et approuvées à 200% !

    • Mua Cave Ecolodge : Le cadre est paisible, reposant, avec des allées de bonsaïs majestueux. Il a l’avantage d’être situé au pied de Hang Mua, où vous pourrez grimper autant de fois que vous voulez si vous y logez pour observer la fameuse vue. De bons vélos sont à disposition pour se balader dans les environs, et l’embarcadère de Tam Coc est à 15 minutes seulement. Prix : 22-37€.
    • Chez Loan : Cet hôtel est le repère des Français. Loan et sa sœur, deux Vietnamiennes vraiment accueillantes et serviables, offrent un ensemble de conseils avisés en français afin de nous aider à profiter au mieux du séjour. Les chambres sont jolies et confortables, et le restaurant propose de très bon plats locaux. Prix : 15-75€. Enfin, même si vous logez ailleurs, ne manquez pas le buffet de petit-déjeuner : pour 2€ seulement on se régale avec des fruits frais, du pain, de la confiture maison, des gaufres et des crêpes, du jus de fruit, du riz et des nouilles. Exactement comme on l’aime !

 

Le parc national de Cuc Phuong

baie-d-halong-terrestreDepuis Ninh Binh, à défaut d’utiliser un taxi privé pour m’y conduire, je prends le bus local ; un brin plus compliqué. Cela fait 20 minutes qu’on est parti et on est encore à racoler du monde à grands coups de klaxon en roulant au pas à travers les rues de la ville. Quelques jeunes filles montent en chemin. Comme au Cambodge, elles sont toujours très soignées, leurs longs cheveux raides et noirs bien coiffés, et ce malgré la poussière, la chaleur et la saleté environnantes. A côté, je fais bien piètre figure avec les miens qui sont continuellement emmêlés, mes vêtements qui montrent déjà des traces d’usure, et la sueur qui perle sur mon front.

Le parc national de Cuc Phuong a été établi en 1962, ce qui en fait le plus vieux parc national du Vietnam. C’est aussi l’un des plus importants, avec plus de 2000 espèces de plantes et d’arbres recensées et une biodiversité animale exceptionnelle. Ce parc abrite certaines des espèces animales et végétales les plus rares d’Asie !

Randonnée jusqu’à l’arbre millénaire

attacus-attacusJe loue un vélo et m’élance joyeusement dans la pente, faisant s’envoler des ribambelles de papillons colorés qui s’abreuvaient en bord de route. C’est la saison et il y en a des milliers ; joyaux de la nature aux reflets bleus, jaunes, rouges, verts ou orange. Mais le clou du spectacle, c’est le matin de mon départ lorsque la nature m’a offert cette apparition maintes fois rêvée : l’Attacus Atlas, le plus grand papillon nocturne au monde qui se trouve dans les forêts d’Asie du Sud-Est seulement, est juste là, devant moi. A portée de main, le thorax aussi gros qu’un pouce, il porte ses larges ailes couvertes de motifs colorés destinés à impressionner ses prédateurs et qui, sur les extrémités, lui ont valu le surnom de « papillon cobra ». Magnifique !

cuc-phuong-ninh-binhLa route qui traverse le parc de Cuc Phuong est bordée par la forêt vierge et j’apprécie ce vrai moment de solitude au milieu de la nature. A mon passage, un lézard s’effondre théâtralement. Sur le dos, il fait le mort, mais je ne suis pas dupe et l’écarte de la route. Au centre du parc, une randonnée de 7km permet d’aller voir un arbre millénaire. Il n’est pas aussi impressionnant que je l’espérais. En effet, il est difficile d’évaluer la circonférence de son tronc car il s’est divisé en 3, et les branches de sa cime sont tombées. Tout de même, un moment de silence s’impose devant l’ancienneté de cet arbre.

Le centre qui sauvait les singes du commerce illégal

cuc-phuong-national-park

Le douc langur gris

Ce matin, dans le parc national de Cuc Phuong, j’entends le hurlement des gibbons. Pas discrets ces primates. Ils logent dans le Primate Rescue Center, créé en 1993. Soutenu par plusieurs ONG dans le monde, l’équipe réalise un super boulot. Actuellement, le centre héberge 160 singes de 15 espèces différentes qui proviennent tous du commerce illégal de la faune sauvage, exceptés quelques jeunes nés en captivité. Ils ont un programme de relâchement dans la nature, à travers un processus en trois étapes (captivité, semi-liberté, liberté), et un programme de reproduction qui a déjà porté ses fruits. Certaines de ces espèces ne se trouvent qu’au Vietnam et sont de plus en plus rares, tel que le douc langur gris (Pygathrix cinerea), un très beau singe en danger critique d’extinction qui n’existe que dans le centre du Vietnam.

Ces singes étaient destinés à être envoyé en Chine, où ils sont consommés ou utilisés pour la médecine chinoise. La cervelle de singe est un plat que certains n’hésitent pas à payer très cher. Le même problème existe avec les tortues, braconnées et expédiées en Chine ou mangées au Vietnam dans des restaurants de luxe. Le centre de conservation des tortues terrestres du parc mène aussi un programme de sauvetage des espèces tirées du trafic illégal et un programme de reproduction. Ce centre abrite 19 espèces endémiques.


INFOS PRATIQUES

    • Pour rejoindre Cuc Phuong : depuis Tam Coc, prendre un moto-taxi jusqu’à la station de bus de Ninh Binh (60 000 VND) puis un bus fait le trajet jusqu’à Nho Quan (25 000 VND, environ 1h30 de trajet). Au terminus, il faut de nouveau prendre un moto-taxi jusqu’à l’entrée du parc national (80 000 VND). Heureusement, pour le retour il existe un bus direct du parc vers Hanoi (150 000 VND). Sinon, plus simple mais plus cher, la voiture privée.
    • Plusieurs logements sont proposés dans le parc, à l’entrée, près du lac ou encore dans le centre à 20km de l’accueil. Prix : 5-35€. La chambre la moins chère, basique mais correcte, se trouve dans la stilt house à l’entrée. Pensez à réserver sur leur site internet.
    • Opportunité de volontariat : Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à demander à travailler comme volontaire pour l’un des deux projets (singes ou tortues). Ce n’est pas sûr qu’ils puissent vous fournir le logement et la nourriture en contrepartie, mais ils sont intéressés pour avoir un coup de main, même pour une courte période.

* * * Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir d'un seul clic, merci ! * * *

7 commentaires pour “La baie d’Halong terrestre, un décor féerique près de Ninh Binh”

  1. Nicolas dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article et les photos qui donnent envie!
    Je compte également faire le même parcours que toi d’ici 1 mois autour de Ninh Binh.
    Cependant je ne trouve pas l’information sur le prix d’une journée de « rando » dans le parc de Cuc Phuong avec un guide ?
    Et est-ce qu’il faut réserver sa journée ou bien cela se fait sur place le matin ?
    Merci beaucoup!

    • Bonjour Nicolas. Personnellement je n’avais pas pris de guide mais j’y suis restée très peu de temps et j’ai donc fait seulement les petites balades qui sont facilement accessibles seul. La plupart des randonnées sont obligatoires avec un guide cependant, et je suis presque sûr que l’on peut réserver sur place ; mais selon les périodes, s’il y a trop de monde, il y a le risque que ce soit complet. Voir le site officiel pour les contacter : http://cucphuongtourism.com.vn/

  2. Loic dit :

    Magnifique article, on peut visiter la baie d’Along maritime et terrestre avec indochine-junk.com

  3. Micoud dit :

    Tu est formidable, tu raconte très bien, Bises des grands parents.

  4. Sé Pasmoi dit :

    Misère, c’est pas le film Indochine qu’il faut citer, c’est l’Amant de Duras 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge