Carnet de voyage
septembre 3, 2016

L’île Sainte-Marie, petit paradis malgache à découvrir

L’île Sainte-Marie, petit paradis malgache à découvrir

Il y a trois ans, j’ai vécu l’une des plus belles périodes de ma vie en rejoignant l’association Cétamada sur l’île Sainte-Marie, au Nord-Est de Madagascar. Ces deux mois et demi d’écovolontariat passés au milieu des baleines continuent d’alimenter mes rêves nocturnes. Après un vol interminable depuis Paris et une journée de voyage en taxi-brousse, je pose de nouveau le pied sur ce petit bijou malgache avec la joyeuse sensation d’être de retour à la maison…

Bienvenue à Nosy Boraha

Rien n’a changé, ou presque. Au sud de l’île, l’aéroport a été remis à neuf depuis que le Festival des baleines, qui a lieu annuellement début juillet prend de l’ampleur au niveau international. Je récupère mon sac à dos et monte dans la voiture qui m’attend. A ma gauche, l’océan défile sous un beau soleil. En remontant la route, cernée par une végétation tropicale, nous croisons les villageois vaquant tranquillement à leurs occupations, quelques poules et canards se dandinant ici et là, et de petites cases d’où s’échappe une musique entraînante. Le temps tourne à la pluie, la météo est indécise ; c’est encore l’hiver dans l’hémisphère Sud.

L’île Sainte-Marie invite à la détente, et ce n’est pas peu dire. En termes de logement accueillant et plein de charme, il n’y a que l’embarras du choix : le luxueux Princesse Bora, les Villas de Vohilava, le Lakana ou le Libertalia pour n’en citer que quelques uns, sont tenus par des expatriés établis de longue date et cofondateurs de l’association de protection des mammifères marins. Les bungalows s’impriment dans le milieu naturel avec harmonie, entourés de végétation luxuriante ou posés les pieds dans le sable (et jusqu’au milieu du lagon pour le Lakana !). Un coin de nature préservée au milieu de l’océan, que demander de plus ? A manger ! Là non plus vous ne serez pas déçus : ne manquez pas le poisson à la sauce coco, le crabe à l’entonnoir du Boraha Village, la viande de zébu, les beignets de banane et le punch coco.

sainte-marie-madagascar

L’île des pirates

De 1685 à 1725, Madagascar fut un repaire des pirates et l’île Sainte-Marie a été leur port d’attache et leur base pour sillonner l’Océan indien. D’ailleurs, des dizaines d’épaves de navires dorment au fond de l’océan, constituant d’intéressants sites de plongée. Au pied de la colline abritant le cimetière des pirates, on s’éloigne en pirogue à travers les mangroves. Une excursion au milieu d’un écosystème enchanteur où les racines des palétuviers ressortent à l’air libre par dizaines comme des doigts crochus désignant le ciel.

Quand les mangroves ont failli mourir…

Il y a 2-3 ans, les deux digues de l’île Sainte-Marie ont été reconstruites. Auparavant, cinq canaux irriguaient l’eau des mangroves, permettant un échange entre l’eau de mer et l’eau douce. Après les travaux, les canaux ont été bouchés et la mangrove a commencé à s’asphyxier.

« En effet, la salinité est un facteur déterminant pour la formation et le développement des mangroves. Les échanges entre eau douce et eau de mer sont des facteurs primordiaux pour la survie de cet écosystème. » Anjara SALOMA

Quelques mois plus tard, les problèmes s’observent déjà :

  • Jaunissement des feuilles de la totalité des palétuvier observés
  • Mort des organismes ayant un seuil de tolérance très faible (poissons)
  • Inondation dans les villages et les écoles environnantes

La volonté et la nécessité pressante de préserver cet écosystème ont entraîné le réaménagement des digues, et les mangroves se développent à nouveau ! A savoir que les mangroves de Sainte-Marie constituent 50% de la totalité des mangroves de la côte Est de Madagascar.

INFO : Découverte d’une nouvelle espèce !

« Dans la famille des petits lémuriens nocturnes, une nouvelle espèce de microcèbe a été découverte récemment. Le Microcèbe de Boraha ou Microcebus boraha est le petit dernier des microcèbes, décrit pour la première fois en 2016. Il a été baptisé ainsi en l’honneur de son habitat, Nosy Boraha plus connu sous le nom de île Sainte-Marie. » Sainte-Marie tourisme

Le microcèbe est le plus petit lémurien au monde.

Plongeon dans les piscines naturelles

L’île s’étend sur 60km de long. Au nord se trouvent des « piscines naturelles ». On les atteint après deux heures de quad sous un beau soleil, passant sur des routes boueuses et accidentées, des coins sauvages et inhabités, de petits villages où nous sommes salués par des enfants et des sourires, et pour finir par longer l’océan sur le sable.

A l’arrivée, le repas nous attend au Tropic Azurra (une très bonne adresse avec un super rapport qualité/prix !). On se régale d’un poisson entier chacun, à la sauce coco pour moi. La digestion n’a pas encore commencé que l’on s’immerge déjà dans l’un de ces petits lagons protégés de l’océan par une barrière rocheuse et réapprovisionnés de temps en temps en eau par les plus grosses vagues.

ile-de-madagascar

Cétamada et les baleines

S’il y a bien une chose à faire en venant sur l’île Sainte-Marie entre juillet et septembre, c’est une sortie en bateau à la rencontre des baleines à bosse. Ces géants des mers, totalement inoffensifs et paisibles, viennent profiter de l’eau chaude et peu profonde du canal pour se reproduire et mettre bas. Un ballet extraordinaire ! C’est l’hiver à cette époque et la météo est plus fraîche et pluvieuse, mais étant sur une île, le temps change très vite dans une même journée. Durant la saison, profitez de votre samedi soir pour rencontrer l’équipe de Cétamada lors de la soirée hebdomadaire tenue dans un hôtel partenaire. Au programme : présentation des meilleures photos de la semaine et bilan des sorties réalisées, exposé sur un sujet au choix, actualité des projets de recherche scientifique et d’aide à la communauté menés par l’association, concert et repas sont prévus dans une ambiance très chaleureuse.

En savoir plus sur mon expérience d’écovolontaire : Rencontre inoubliable avec les baleines de Ste-Marie.

ile-sainte-marie-madagascar

Si vous cherchez une autre excursion à réaliser le temps d’une demi-journée, allez visiter la petite île aux Nattes, au sud. Elle s’atteint en pirogue, possède de nombreuses plages, un joli point de vue en hauteur, et des restaurants pour une pause gourmande.


INFOS PRATIQUES Comment rejoindre Sainte-Marie depuis Antananarivo ?

  • Avion : Deux compagnies assurent la liaison, Air Madagascar et Madagasikara Airways. Préférez la deuxième, plus économique et très fiable. Le vol est l’option la plus pratique et confortable.
  • Taxi-brousse : Passez une nuit dans la capitale puis prenez un taxi très tôt le matin pour rejoindre la gare routière pour Tamatave (il y a deux gares routières à Antananarivo, dont une pour Tamatave). Ce n’est pas une gare avec des trains mais une route avec plein de taxi-brousse disposés des deux côtés de la route. Réservez à l’avance avec la compagnie COTISSE, ou la compagnie VATSY. Le trajet dure environ 8 heures entre Anatananarivo et Tamatave, au milieu d’un très joli paysage rempli d’arbres du voyageurs. Prix : 20 000 – 30 000 Ar. Passez une nuit à Tamatave avant de reprendre la route le lendemain.
  • Bateau (2 compagnies possibles) : Réservez à l’avance le bateau, ou dès votre arrivée à Tamatave ! Première option avec GASIKARA. Départ vers 6h du matin, 5 heures de route de Tamatave jusqu’à Sonieranivongo, puis le bateau jusqu’à Sainte Marie (durée : environ 1h30-2h). Prix : 80 000 Ar. C’est l’option la plus répandue, la route est agréable mais longue et le port n’a rien d’exceptionnel. Deuxième option avec El CONDOR. Départ vers 6h du matin, 2 heures de route de Tamatave jusqu’à Mahambo, attente sur la plage pendant 2-3 heures dans un très beau paysage avec même la possibilité de manger des beignets ou des brochettes de zébu vendus par les locaux, puis le bateau (très confortable !) jusqu’à Sainte-Marie (durée : environ 2h30/3h). Une option très sympathique. Prix : 120 000 Ar. Attention, les traversées peuvent être annulées du jour au lendemain selon les conditions météorologiques.
  • En savoir plus Comment se déplacer à Madagascar.

* * * Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir d'un seul clic, merci ! * * *

One comment on “L’île Sainte-Marie, petit paradis malgache à découvrir”

  1. Sabine Lala Sabine Lala dit :

    De tout coeur avec ce que tu écris! !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge