Conseils aux voyageurs
août 13, 2016

Comment bien choisir son projet d’écovolontariat international

Comment bien choisir son projet d’écovolontariat international

Il y a tant de manières différentes de voyager ! Être bénévole est l’une d’entre elles, et les projets d’écovolontariat proposés à travers le monde sont tout aussi divers et variés. Oui, il y en a vraiment pour tous les goûts…

L’écovolontariat, c’est quoi ?

« L’écovolontariat est une action solidaire et participative qui consiste à aider, durant son temps libre, un projet lié à la préservation et à la valorisation de la diversité animale, végétale, environnementale, et culturelle. L’écovolontaire est un citoyen engagé et bénévole et ne peut, à ce titre, recevoir de contrepartie financière pour son action. » Collectif francophone d’écovolontariat

Souvenirs d’un chantier en Espagne…

A l’âge de 20 ans, j’ai expérimenté mon premier workcamp (chantier d’écovolontariat), sur les thème de l’Agriculture & Environnement, en partant deux semaines en Espagne. J’en garde un très bon souvenir et l’image d’un séjour qui allie voyage, vacances et bénévolat à moindre coût. Sur place, je me suis retrouvée avec une vingtaine de jeunes entre 19 et 23 ans, composé d’Espagnols, de Français, d’Italiennes, de Turcs, d’Estoniens, d’une Belge et d’une Allemande. L’idéal pour pratiquer les langues étrangères et se faire des amis d’ici et d’ailleurs ! Les périodes de travail étaient courtes (3-4 heures chaque matin), et notre aide a consisté principalement à replanter et repeindre des plots en bois, retirer les mauvaises herbes et construire un étang artificiel, tout en découvrant le concept d’agroécologie. Le reste du temps, jeux, randonnées et soirées animées.

… et puis au Sri Lanka, en Inde, à Madagascarvolontariat-international

Deux ans plus tard, je suis partie autour de l’Océan Indien en ponctuant mon voyage de séjours de quelques semaines auprès d’ONG locales. Je réalise alors mon rêve d’enfant en côtoyant les éléphants d’Asie, les tortues de mer ou les baleines à bosse en tant qu’écovolontaire. Cette fois, le nombre de participants est considérablement réduit, le prix plus élevé, et le rôle du volontaire pas toujours très bien défini.

***

5 bonnes raisons de faire du bénévolat

Il y a plein de bonnes raisons de se lancer dans un séjour d’écovolontariat, en France ou à l’étranger :

  1. Rencontres : Faire de l’écovolontariat est un bon moyen de rencontrer des gens, se faire de nouveaux amis et créer des liens qui durent (même des années après, croyez-moi !). Le voyage jusqu’à la structure d’accueil se fait seul mais, une fois sur place, on rejoint d’autres volontaires du monde entier ainsi que les employés du site et les habitants locaux. Tout une équipe !
  2. Sécurité : Voyager seul à l’autre bout du monde, là où les repères s’effacent, peut être angoissant. Être bénévole est un moyen de découvrir un nouveau pays sans être totalement livré à soi-même. En général, les volontaires sont bien encadrés (logement et nourriture inclus), et se retrouvent sous la supervision d’habitués (locaux ou étrangers) qui savent rassurer et conseiller en cas de problème. Voyager ainsi est une manière de rassurer les plus jeunes ou ceux qui partent loin pour la première fois.
  3. Immersion : Le bénévolat est un moyen de découvrir et de s’immerger dans la culture locale. Pendant le séjour, on partage le quotidien des habitants locaux, mangeant les plats typiques qu’ils nous préparent (et parfois, comme au Sri Lanka, ce sera du riz & curry matin, midi et soir !), apprenant quelques rudiments de la langue et glanant ici et là des conseils pour visiter au mieux les environs. Une expérience enrichissante !
  4. Bienfaisance : Se lancer dans cette aventure est un moyen de donner un sens à son voyage en apportant une aide manuelle, créative mais aussi financière. Les associations locales en manque de moyens sont toujours heureuses de recevoir une main d’œuvre bénévole.
  5. Découvertes : Au milieu des professionnels, des bénévoles et des habitants locaux, les sources d’information sont nombreuses. Durant le projet, l’écovolontaire a ainsi l’occasion de partager ses connaissances et d’apprendre beaucoup sur les sujets concernés.

 

Pourquoi payer pour être bénévole ?

Beaucoup ne le comprennent pas, mais être bénévole n’implique pas seulement de donner de son temps. Il faut savoir que les organisations de volontariat dépendent des frais de participation des volontaires pour maintenir leur organisation. Cela permet de payer le logement et la nourriture sur place, ainsi que les coûts administratifs (salaire des employés, publicité pour les plus grandes, et soutien direct à la communauté d’accueil). Le volontaire prend en charge son billet d’avion et l’assurance.

« Les budgets octroyés pour la protection de la nature sont souvent bien maigres et les ONG ont besoin de soutien, tant au niveau financier qu’au niveau de la main-d’œuvre. De ce fait, bien souvent, la contribution des écovolontaires est cruciale pour que ces programmes puissent perdurer. » Cybelle-Planète

benevolatJusqu’à présent, limitée par mon budget, le prix des projets auxquels j’ai participé s’élevait entre 50 à 350€ par semaine. Lorsque les tarifs grimpent à plus de 1000€ pour deux semaines, je définis cela comme de l’écotourisme ; et non plus du bénévolat. Ce n’est pas négatif en soi mais la vision du voyage est différente. Les projets sont alors gérées par de grandes organisations internationales de volontariat qui organisent des voyages écosolidaires au plus proche de la nature ou des animaux, et où l’aide du participant est plus financière que manuelle. L’avantage de ces séjours est une prise en charge complète, comme lors d’un voyage organisé, avant, pendant et après la mission.

Une solution : privilégier les structures locales et éviter les grandes organisations de placement intermédiaires internationales.

Attention !

Est-ce que les bénévoles ont vraiment un impact positif sur la communauté ?

Si vous prévoyez de faire de l’écovolontariat, c’est dans le but d’avoir un impact positif. Or, toutes les organisations ne sont pas honnêtes et transparentes. A vous de prendre le temps de vous informer et de poser des questions avant de choisir votre projet. Faites des recherches et assurez-vous que les locaux bénéficient de ce placement. Il est important de connaitre les sources de financement de l’association et de savoir comme ils les utilisent. Si les coûts administratifs sont élevés, combien est destiné concrètement à la communauté locale ?

« Malheureusement, il y a des projets qui sont créés dans le seul but de puiser de l’argent dans l’industrie du volontariat. Au mieux, c’est une perte de temps. Au pire, ils peuvent créer de sérieux dégâts – comme les fermes d’élevage de lions qui contribuent à l’industrie de la « chasse en boite ». Avant de vous engager pour un projet, réfléchissez à votre voyage bénéficie le plus. Si vous chouchoutez des animaux sauvages ou passez une heure dans un orphelinat, c’est probablement vous. » Ecoteer

ecovolontariatCertains disent que le travail du volontaire prive des locaux d’un emploi rémunéré. Je ne sais pas, ça dépend. Le problème c’est que, comme on l’a vu plus haut, les structures locales manquent de fonds. Le bénévole étranger apporte donc à la fois de l’argent et de la main d’œuvre, en échange d’une expérience de vie enrichissante.

Enfin, n’allez pas faire de l’écovolontariat pour la simple raison que vous vous sentez coupable de voyager dans un pays plus pauvre que le vôtre. Un projet d’écovolontariat mal choisit a plus d’impacts négatifs qu’une semaine de voyage en sac-à-dos par exemple. En effet, il ne faut pas oublier que le touriste fait travailler l’économie locale, et c’est tout aussi bénéfique.

  • Consultez les commentaires des anciens volontaires : GoOverseas est un site indépendant où l’on peut consulter les critiques et commentaires laissés par les précédents volontaires, et ce pour une multitude de projets à travers le monde. Cela permet d’éviter les mauvaises surprises et de se faire une idée de ce qui nous attend.

Liens utiles pour trouver un projet local à un prix abordable

Je vous présente ici une liste non exhaustive de plusieurs structures ou sites internet que j’ai pu tester pour certains, et que je recommande particulièrement. La plupart sont des bases de données qui présentent un large choix de projets où le coût de participation est faible, dans le monde entier, pour quelques semaines à plusieurs mois, et sur des thématiques variées :

« Notre base de données répertorie près de 400 projets de volontariat pour la Faune et la Conservation de La Nature dans le monde, consultables par espèces, par coût et localisation géographique. »

Une base de données (en anglais) très complète, où chaque fiche projet présente les espèces animales concernées, les frais de participation, la durée minimum, le travail demandé, le logement, etc. Une petite cotisation est demandée pour consulter les projets.

Une base de données (en anglais) réalisée avec une vraie conscience éthique, qui propose des projets de type écotourisme, volontariat à court terme ou stage. La plupart sont gratuits, ou alors une petite contribution est demandée pour la nourriture et le logement. Une petite cotisation est demandée pour consulter les projets.

« Ecoteer est une organisation à but non lucratif qui connecte les voyageurs avec des organisations caritatives et des entreprises sociales et locales autour du monde. »

« Le Service Civil International est une organisation de volontariat dont l’objectif est de promouvoir une culture de la paix en organisant des projets de volontariat international pour des personnes de tous âges et tous horizons. »

Ce site répertorie jusqu’à 1200 projets de volontariat à court terme.

Concordia est une association à but non lucratif, fondée en 1950 par un groupe de jeunes européens, dans le but de faire renaitre les valeurs de respect et de paix au lendemain de la seconde guerre mondiale.

« Les projets que nous proposons ont pour objectif premier de favoriser les échanges intergénérationnels et interculturels mais aussi de promouvoir d’autres formes d’apprentissage : Concordia s’inscrit dans les valeurs de l’éducation populaire. »

Volontaires Pour la Nature (anciennement A Pas de Loup) est une association loi 1901 agréée Jeunesse et Éducation Populaire, fondée en 1994.

« Volontaires Pour la Nature fait de l’écovolontariat un outil de gestion, de protection et de sensibilisation à l’environnement. […] Volontaires Pour la Nature sélectionne les structures d’accueil auprès desquelles seront envoyés les bénévoles. Il s’agit de structures locales de recherche, de conservation ou de protection de l’environnement et correspondant à nos critères de sélection. La validité de ces critères est vérifiée tout au long du partenariat, tout d’abord par des missions test puis par les commentaires/critiques des bénévoles (via un bilan de fin de mission). »

Et si la protection du loup en France est un sujet qui vous intéresse, profitez de l’été pour soutenir les éleveurs et bergers pendant une ou plusieurs semaines : « Venez dormir auprès d’un troupeau de brebis, aider à la surveillance de jour et aux tâches quotidiennes, participer à un chantier de parc… » après une semaine de stage de sensibilisation à la problématique prédateurs/pastoralisme auprès de l’association FERUS.

France Volontaires est une plateforme des volontariats solidaires à l’international. Elles informe et oriente les candidats au volontariat, en proposant différents types de volontariat (du VSI au service civique en passant par le stage) et une quarantaine d’organismes d’accueil à travers le monde.

C’est un engin de recherche pour des causes locales et des organisations tout autour du monde. L’intéressé cherche dans la base de données un projet qui l’intéresse et contacte directement l’organisation. Ce site internet est entièrement financé par son fondateur. Chaque structure d’accueil répertoriée est sélectionnée sur la base d’un certain nombre de critères : structure de l’entreprise, où va l’argent, impact sur la communauté, frais de participation acceptables, privilégie structure locale, etc.

C’est une organisation de volontariat internationale qui propose des projets à des prix raisonnables dans 34 pays du monde.

Le premier portail d’information sur le tourisme responsable, organisé en plusieurs sections : articles, missions et acteurs de l’écotourisme, thèmes et destinations.

« Une des visées du portail étant d’aider les voyageurs et les acteurs du voyage à choisir des destinations, pas uniquement pour la beauté des sites, mais également parce qu’ils pourront ainsi contribuer au développement des communautés locales et à la protection de la faune et de la flore. »

 

* * * Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir d'un seul clic, merci ! * * *

4 commentaires pour “Comment bien choisir son projet d’écovolontariat international”

  1. Vincent dit :

    Et bien, tu as eu quelques expériences! Un ami est parti en faire au Pérou, dans la jungle, et il a beaucoup aimé, mais je suis un peu réticent pour l’instant, donc je me renseigne! Ce n’est pas simple de trouver un projet intéressant!
    Vincent Articles récents…Que faire à TaorminaMy Profile

    • Bonjour Vincent ! Non, c’est sûr, il y a un telle diversité de projets qu’on s’y perd un peu. J’espère que mon article t’aura aidé un peu. En tous cas, l’écovolontariat offre toujours une belle expérience de vie…

      • leslie dit :

        Pour l’écovolontariat, je pense que cela dépend des pays, et aussi, de la chance! J’ai lu quelques articles du blog « Le monde à deux » il n’y a pas longtemps à ce sujet, mais c’est à croire qu’ils n’ont vraiment pas eu de chance, il leur ait arrivé que des problèmes! Et d’un autre coté, il y a aussi beaucoup de témoignages d’expériences réussies comme les tiennes!
        leslie Articles récents…Chapka Assurance: Avis de voyageursMy Profile

  2. Aaaaah une grande lecture s’ annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge