Carnet de voyage
juillet 12, 2016

De Chiang Mai à Mae Hong Son, au pied des montagnes du Nord

De Chiang Mai à Mae Hong Son, au pied des montagnes du Nord

Depuis le Laos, je poursuis ma route vers le nord de la Thaïlande. Un itinéraire ponctué de courtes étapes dans de petites villes telles que Pak Chom, Sukhothai ou Lampang. Et enfin, me voilà à Chiang Mai. Je redoutais presque l’arrivée dans cette grande ville dont les touristes parlent tant, et finalement, j’ai été plutôt conquise. Voici le point de départ de la boucle de Mae Hong Son, route légendaire aux 1864 virages…

Temples et shopping à Chiang Mai

thailande-nord

Statue de Bouddha affamé au temple Umong.

La tournée des temples bouddhistes continue à Chiang Mai, qui en dénombre plus de 300 ! Cette ville très touristique mérite bien plusieurs jours de visite, que ce soit pour du tourisme culturel ou culinaire, pour préparer un trek à la rencontre des ethnies des montagnes, pour vivre une aventure unique avec Flight of the Gibbon, ou encore pour faire du shopping. Ou tout à la fois…

Chiang Mai recense 250 000 habitants et constitue la seconde plus grande ville de la Thaïlande. L’ambiance plutôt calme, avec peu de circulation, n’a rien à voir avec Bangkok (et ses 9 millions d’habitants). Au centre, dans un carré entouré d’anciennes fortifications et de douves, se trouve la vieille ville, construite en 1296. Mon arrivée un week-end coïncide avec les jours où deux longues rues piétonnes se transforment en marché touristique, de 16h à minuit. Je me balade au milieu des allées de stands étalés sur plus d’un kilomètre, les présentoirs affichant différents produits plus ou moins locaux et artisanaux, sans parler des nombreux étals de nourriture. Soudain, les hauts-parleurs s’animent et l’hymne national retentit.

Surprise, je remarque que la vendeuse du stand s’est mise à m’ignorer et autour de moi, il semble que le temps s’est arrêté. Plus personne ne bouge ni ne parle.

Impression étrange. Et oui, l’hymne national, composé en 1932, est joué tous les jours à 8h00 et 18h00 dans les rues, à la télévision et à la radio. A son passage, tout le monde doit se lever pour montrer son respect envers le pays.

chiang-mai

Un matin, je loue un vélo et m’évade à l’extérieur de la ville en direction du temple Umong. Moins connu des touristes, il est entouré par la forêt. Umong signifie « tunnel » en thaï, et désigne le réseau de tunnels construit sous la stupa en pierre, contenant plusieurs petits sanctuaires où les moines peuvent se recueillir dans le silence et la fraicheur de ces souterrains. Un décor à l’Indiana Jones, paisible. Au retour, je m’arrête devant d’autres temples de la ville, irrésistibles. Chacun semble toujours plus beau, plus grand, plus doré, plus authentique, plus ancien ; unique. Ce jour-là, mon goûter se résume à un kilo de litchis frais ; délice sucré et juteux.

Retour en pleine nature à Chiang Dao

Pas très loin de Chiang Mai, ce village est le lieu idéal pour les citadins qui souhaitent se ressourcer au milieu de la nature le temps d’un week-end. Après cet enchainement d’étapes urbaines, je retrouve avec plaisir les étonnantes mélodies des oiseaux et des cigales d’ici. Le temple de Wat Tham Pla Pong, perché dans les montagnes, s’atteint aux termes de 350 marches ; un parcours agrémenté de citations inspirantes présentées sur des panneaux tout au long du chemin. Derrière, la cime du massif de Doi Chiang Dao (3ème sommet du pays) baigne dans la brume. C’est beau. A savoir que dao signifie « étoile » en thaï.

Rencontre avec les chiens errants

L’une des attractions de Chiang Dao ce sont ses grottes, un dédale de galeries naturelles formées sous la montagne Doi Chiang Dao. On retrouve de jolies stalactites et stalagmites, mais aussi de nombreuses statues de Bouddha qui font de cet endroit un lieu de pèlerinage pour les Thaïlandais. A l’entrée, des dizaines de chiens sont couchés ici et là. Une très belle et ancienne stupa (édifice religieux en forme de dôme) se dresse à la lisière de la forêt. Je fais un pas pour m’approcher et prendre des photos quand soudain, les chiens se redressent et commencent à aboyer. Plus tard, attirée par la pagode dorée en haut de la colline, je m’avance dans une ruelle en réveillant au passage un chien qui somnolait là. Agressif, il aboie, rejoint par 5 ou 6 autres. Il n’en faut pas plus pour que je rebrousse chemin, les poils hérissés. La peur revient. Je suis en colère.

« La Thaïlande compte plus de huit millions de chiens, dont 730’000 vivent dans les rues (300’000 rien qu’à Bangkok). Et leur nombre pourrait bien monter à un million dans les mois à venir. Une population que les autorités peinent à contrôler. » Gavroche-Thaïlande (avril 2016)

Ces chiens à moitié errants ne sont pas dressés et règnent aux alentours du temple, profitant des offrandes délaissées par les moines. Un expatrié rencontré à ce moment me parle de cas de morsure et dans ces cas-là, le vaccin contre la rage est à faire en urgence, une démarche compliquée. Alors que les locaux passent à côté sans problèmes, seuls ou accompagnés, mon odeur de touriste ne semble pas à leur goût. De même, il suffit que je courre au lieu de marcher, que je pédale au lieu de rouler en scooter, ou que je porte des habits au milieu de moines en robes blanches ou oranges. Toute différence est une menace pour eux. Seule solution : se munir d’un bâton. Ces groupes de chiens, je les retrouverai souvent dans les petites villes de la Thaïlande, et c’est bien la seule chose pour laquelle je me serai sentie en insécurité en voyageant seule en Asie du Sud-Est.

voyage-thailande

Village hippie de Pai

Ici, tout s’appelle Pai : Breeze of Pai, Spicypai backpakers, pairadise, pailifornia, et j’en passe. Cette petite ville est teintée d’un souffle hippie, une communauté formée de Thaïlandais provenant du sud, d’expatriés et de locaux. Les cafés alternatifs, fermes biologiques et cours de yoga ne manquent pas dans ce village très touristique.

Découverte à vélo

Jusqu’à preuve du contraire, je ne sais toujours pas conduire un scooter, et tant que mes jambes me porteront je continuerai à privilégier le vélo ! C’est donc parti sur ma bicyclette, sous la chaleur, à l’attaque des pentes raides qui m’attendent tout le long de cette boucle de 17km. L’une des attractions touristiques du coin est le village chinois. Un décor de papier mâché, une portion de la grande muraille reconstituée et une ambiance Disneyland qui sonne terriblement faux. Je repars en sens inverse pour l’ascension jusqu’au gigantesque Bouddha blanc qui offre un beau point de vue sur les environs, très vallonnés. En face de l’entrée, pour mon plus grand bonheur, se trouve un café & magasin de produits naturels et de desserts crus (Earth Tone). A cette étape, un délicieux kéfir frais est vraiment le bienvenu. Je reprends la route pendant que la part de gâteau cru auquel je n’ai pas résisté se transforme en mousse au chocolat dans mon sac à dos… Plus tard, coursée de nouveau par un chien agressif, je passe à côté des sources chaudes, réputées pour offrir un véritable moment de détente. Enfin, après le pont en acier, souvenir de la seconde guerre mondiale et de l’occupation japonaise, la route remonte jusqu’au canyon de Pai. Un paysage plutôt étrange et artistique, qui mérite le coup d’œil. Avec prudence, on se déplace sur le chemin étroit formé de crêtes de sable rouge, qui tombe à pic de chaque côté, pour observer la vue sur la campagne environnante.

pai-thailande

Escapade nature près du parc national de Mae Hong Son

Depuis Pai, je continue à travers les montagnes jusqu’à Mae Hong Son, une petite ville agréable à 30km de la frontière birmane. En chemin, on s’arrête à quelques postes de contrôle où tout le monde (sauf les touristes) doit présenter ses papiers d’identité. Mae Hong Son possède quelques jolis temples dont le Wat Jong Kham qui se miroite dans le petit lac situé près du centre-ville. A l’écart de la ville, mon bungalow se trouve dans un écrin de nature, envahi par les moustiques. Une petite rivière coule juste à côté et le soir, on s’endort sur les berceuses chantées par les cigales et les grenouilles. Derrière cet écolodge, un sentier de 8km a été aménagé à travers la forêt, agrémenté de panneaux présentant différentes « stations » intéressantes. Je suis accompagnée par trois chiens de l’hôtel, vraiment gentils, dont deux ouvrent la marche et le dernier me suit au pas. A chaque cours d’eau traversé, tout le monde s’immerge pour se rafraichir un instant. Vision comique.

mae-hong-son

Dans les environs, le long de cette boucle réputée, plusieurs attractions touristiques méritent le coup d’œil mais cela devient difficile à visiter sans chauffeur ni scooter. A quelques kilomètres de Mae Hong Song, en direction de Pai, se trouve un très joli temple isolé au milieu de la nature, qui propose des retraites de méditation de Vipassana de quelques jours à quelques semaines : Wat Pa Tam Wua Forest Monastery. D’après moi, le nord de la Thaïlande ressemble beaucoup au nord du Laos, au niveau des paysages, des marchés et du mode de vie des habitants. A savoir que cette région reste encore très pauvre comparée au reste du pays.


BONNES ADRESSES Testées et approuvées à 200% !

    • Namamema Colonial Boutique House (CHIANG MAI) : Emplacement idéal, en plein centre de la vieille ville, dans une rue assez calme. Les propriétaires sont charmants et les chambres propres et confortables. Le petit-déjeuner est un véritable festin, une sorte de brunch sucré-salé avec des spécialités locales. Contact : resv.nama@gmail.com. Prix : 54-116€.
    • Chiang Dao Nest (CHIANG DAO) : Situé au bout de la route qui mène à la grotte, dans un écrin de verdure, au calme. Les bungalows sont disposés tout autour d’un jardin au milieu duquel se dressent de grands arbres. En arrière plan, la montagne de Chiang Dao disparait dans la brume. Charme et confort des logements. L’accueil est vraiment très chaleureux, dans un anglais impeccable, et leur carte des environs est unique. Ne manquez pas le restaurant, qui propose de très bons plats locaux ou occidentaux ! Prix : 13-63€.
    • Breeze of Pai (PAI) : Des bungalows basiques, calmes et confortables, entourés de végétation, mais aussi quelques chambres avec un bon rapport qualité-prix. Bonne situation, à deux pas du centre-ville. Concept accueillant : eau et bananes gratuites pour les clients. Les propriétaires sont très sympathiques. Prix : 10-30€.
    • Fern Resort (MAE HONG SON) : Un très bel écolodge avec des bungalows confortables, spacieux et luxueux. Réalisés en matériaux naturels, ils disparaissent au milieu de la végétation dans un cadre enchanteur. Développé par un Thaïlandais, ce resort a pour objectif de créer un lieu accueillant pour les amoureux de la nature à la recherche d’un endroit calme et paisible. Et c’est réussi ! Les employés sont tous locaux, la plupart provenant de l’ethnie des Karen. Sur place se trouve une grande piscine, un restaurant et un bar qui surplombe les rizières. Cet écolodge se trouve à 7km de Mae Hong Son mais un système de navette gratuite est en place. Le dépôt en ville se fait devant le restaurant du même nom, qui propose des plats locaux vraiment délicieux pour un prix très correct. Prix : 63-88€.

     

Retrouvez l’ensemble des articles de ce voyage ici : Quatre mois en Asie du Sud-Est

***

* * * Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir d'un seul clic, merci ! * * *

6 commentaires pour “De Chiang Mai à Mae Hong Son, au pied des montagnes du Nord”

  1. hypno180 dit :

    J’adore votre article, ça me fait rêver. Je compte prochainement me rendre en Thailande et je sais déjà ou aller !!!! un grand merci pour votre partage !!!!

  2. One Chaï One Chaï dit :

    Quand les photos sont de qualité, de mon point de vue, il faut clairement les mettre en grand comme ici !

  3. Florian dit :

    les photos sont vraiment magnifiques, ça donne envie d’y aller
    Florian Articles récents…Les hôtels de rêve à LiverpoolMy Profile

  4. Je préfère les grandes photos pour mieux en profiter dès le premier coup d’oeil (elles envoient du pâté 😉 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge