Carnet de voyage
juin 1, 2016

10 choses à faire à Luang Prabang, joyau du Laos

10 choses à faire à Luang Prabang, joyau du Laos

Le voyage entre Luang Namtha et Luang Prabang s’est relativement bien passé malgré cette centaine de virages au milieu des montagnes du nord du Laos. Depuis que la saison des pluies a commencé, le ciel, lavé de sa pollution, retrouve enfin de belles couleurs bleues ! En chemin, les nuages d’un blanc laiteux côtoient d’autres plus gris foncé qui annoncent la prochaine averse tropicale. Encore une fois, la station de bus est très éloignée du centre-ville, et je finis le trajet en tuk-tuk…

Ancienne capitale du Laos, Luang Prabang est considérée comme l’une des plus belles villes d’Asie. Le cœur historique de la ville est une étroite presqu’île, bordée par le Mékong et la rivière Khan. De chaque côté des rues bétonnées, propres et bien entretenues, les palmiers s’élèvent au milieu d’une végétation tropicale luxuriante ; et pas un bâtiment n’a le droit de les dépasser. Le Laos compte 6,9 millions d’habitants, dont 66% de la population est rurale. C’est pourquoi, lorsque l’on arrive dans une agglomération représentée par un gros point sur la carte, il ne faut pas s’attendre à quelque chose de très grand ; mais c’est justement ce qui fait tout le charme du pays !

ville-laos

Luang Prabang est une petite ville à taille humaine, calme et très agréable à visiter, et donc très touristique, qui figure sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1995 :

« Luang Prabang est exceptionnelle à la fois pour la richesse de son patrimoine architectural et artistique qui reflète la fusion de l’architecture urbaine traditionnelle Lao avec celle de l’époque coloniale. Son paysage urbain remarquablement bien conservé témoigne de l’alliance de ces deux traditions culturelles distinctes. […] La richesse de l’architecture de Luang Prabang reflète le mélange des styles et des matériaux.  La majorité des édifices sont en bois comme le veut la tradition.  Seuls les temples sont en pierre alors que les maisons en brique à un ou deux étages constituent la marque coloniale de la ville. […] » UNESCO

1. Temple Wat Xieng Thong

Construit en 1560 par le roi Setthathirat, le temple bouddhiste Wat Xieng Thong est vraiment magnifique. Situé tout au bout de la presqu’île, impossible de le manquer ! Les façades extérieures sont décorées de mosaïques d’un joli bleu canard qui brillent et reflètent les rayons du soleil. A l’intérieur, les murs sont couverts de motifs peints en or, illustrant des scènes de légendes locales.

laos-luang-prabang

« L’arbre de l’illumination » en mosaïque.

 

visiter-luang-prabang« Les nombreuses pagodes ou « Vat » de Luang Prabang, qui sont parmi les temples bouddhistes les plus sophistiqués de l’Asie du Sud-est, sont richement décorées (sculptures, gravures, peintures, dorures et pièces de mobilier). Le Vat Xieng Thong, qui date du XVIe siècle, présente l’ensemble d’édifices le plus complexe de toutes les pagodes de la ville.  Il est remarquable tant du point de vue archéologique que du point de vue iconographique et esthétique Laotien. » UNESCO

***

2. Centre d’Ethnologie et d’Arts Traditionnels (TAEC)

soie-laos

Les maîtres tisserands tissent ces motifs sans modèle ni dessin au préalable.

Le TAEC a pour objectif de récolter, préserver et interpréter la culture et les arts des nombreux et divers groupes ethniques du Laos. Le petit musée est très intéressant, avec des explications claires, et mérite vraiment une visite. Il est l’initiative d’une poignée de personnes dynamiques. Sur place, j’apprends par exemple que chaque membre du groupe Akha est capable de réciter sa généalogie sur 60 générations. La transmission orale est très forte dans cette ethnie. Chez les Tai Lue, la majorité des hommes devient moine pendant une période de sa vie. Les femmes de cette ethnie sont des tisserands renommés, et cultivent localement le coton. Enfin, comme l’indique leur nom, les Khamu sont originaires du Cambodge (où les habitants sont les Kmers), et les Hmongs de Mongolie. On a longtemps défini ces derniers comme le peuple des hauts-plateaux alors que les Khamu vivraient à une altitude intermédiaire ; les deux ethnies pratiquent l’agriculture sur brûlis et cultivent le riz de montagne (non irrigué). Cette distinction fonctionnait avant, jusqu’à ce que les autorités ordonnent à certains villages très excentrés de redescendre pour faciliter le recensement…

3. Mont sacré Phousi

Les locaux grimpent ce mont seulement une fois par an, durant les célébrations du nouvel an. La pagode dorée (ou stupa) en haut de cette colline est la première chose que l’on aperçoit en arrivant à Luang Prabang. Elle fut construite en 1804 par le roi Anourat. Le mont sacré Phousi, haut de 150 mètres, constitue le centre géographique et spirituel de la ville. L’idéal est de grimper les 328 marches jusqu’au sommet en fin de journée afin de profiter de la vue sur les environs à la lumière du soleil couchant, et de rejoindre ainsi les touristes attroupés tout en haut pour regarder le soleil disparaître derrière les montagnes.

luang-brabang

Vue depuis le mont Phousi.

4. Marché nocturne

luangprabangLuang Prabang est réputée pour le shopping. De nombreux artisans qualifiés vivent ici, autrefois employés par la cour royale pour façonner des objets en argent et des textiles en coton ou en soie. Tous les soirs jusqu’à 22h, le long de la rue principale, les villageois des environs viennent préparer leur stand : artisanat local, vêtements, sculptures sur bois, lanternes en papiers saa (de mûrier), etc. Les touristes résistent difficilement à ces jolis foulards, pantalons bouffants ou petites robes confortables, qui se marchandent à des prix très bas. Se méfier tout de même, certains produits sont importés de Thaïlande ou du Vietnam, et les bijoux en argent ou les écharpes en soie ne sont pas toujours authentiques. En tous cas, le tourisme est la source majeure de revenus de la ville.

5. Musée du Palais Royal

C’est la demeure du dernier roi du Laos, qui a vécu ici jusqu’à la révolution communiste en 1975 avant d’être déporté dans une grotte jusqu’à la fin de sa vie. Transformé en musée, le palais présente les trésors du passé royal de la ville. Je regrette que les photos à l’intérieur soient interdites car certains décors sont vraiment jolis, bien que les chambres m’étonnent par leur sobriété.

luang-prapang

La première salle est la salle de réception du roi, dans les tons verts. Les murs sont couverts de fresques d’Alix de Fantereau, artiste française. La salle du Trône m’impressionne avec ses murs peints en rouge brique sur lesquels des scènes de la vie quotidienne ou de l’histoire du Laos sont illustrées en mosaïque de verre. Je retrouverai plus tard les mêmes façades au temple Wat Xieng Thong. Dans la salle de réception du secrétaire du roi, les cadeaux de chefs d’État étrangers sont présentés ; on trouve par exemple une maquette de la fusée Apollo offerte par les Américains.

6. Centre d’artisanat de Ock Pop Tok

Ock Pop Tock signifie en lao « Ouest et Est », en raison du partenariat entre une Européenne et une Laotienne qui a permis la création de cette petite entreprise locale. Depuis le magasin en centre-ville, un tuk-tuk nous amène gratuitement jusqu’au centre de tissage. Là, un jeune guide nous explique le processus de fabrication de la soie, le tissage, les teintures naturelles (curcuma pour le jaune, teak pour le rose, indigo pour le bleu, etc.), les motifs tissés (ici, les textiles racontent une histoire, selon les motifs utilisés) et l’utilisation des différentes pièces créées en coton, chanvre ou soie.

luang-prabang-laosIl existe deux espèces de vers à soie au Laos : le Bombyx Mori (originaire de Chine), et l’Eri (originaire d’Inde). Le deuxième fabrique une soie un peu plus rêche et est donc moins utilisé. Lorsque le papillon sort de son cocon, il est obligé de couper le fil de soie ; ce qui n’est pas le cas pour l’Eri. La seule option est donc de le tuer. On fait bouillir 30 cocons à la fois dans une casserole et, avec un petit bâton, on tire doucement sur le filament qui se forme. Les fils de chaque cocon s’assemblent entre eux pour obtenir un fil de soie suffisamment épais qui mesure environ 300 mètres !

7. Massage et sauna aux plantes

Le massage laotien est un type de massage très particulier. Il n’est pas toujours nécessaire de se déshabiller car l’huile est rarement utilisée. Idéalement au sol, la masseuse marche avec ses mains le long du corps pour détendre les muscles. Ce type de massage est un mélange de pression, de malaxation et d’étirement. C’est agréable, surtout après une longue randonnée !

luang-pra-bang

Voici deux bonnes adresses :

    • Hibiscus Massage & Spa (45 Sakhaline Road) : Après quelques heures sous cette chaleur, on m’invite à prendre une douche puis, vêtue d’un léger peignoir, je me dirige dans une petite pièce où sont installés trois lits. L’Hibiscus Massage & Spa est ouvert depuis peu et se situe dans une jolie maison coloniale. Le décor intérieur est sobre et végétal. Ils disposent de tables de massage avec un trou en bout pour mettre la tête ; peu de centres en ont. Assimilé à un spa, il propose toute une sélection de traitements de beauté, de 5€ pour un simple massage, à 35€ pour un package de 2h30. Je teste le massage aromathérapeutique aux compresses chaudes, très relaxant !
    • Peninsula Sauna & Massage Center (au bout de la péninsule, sur la rive du Mékong, à côté de Wat Xieng Thong): Douloureux ! Pourtant, c’est sûrement le meilleur endroit si vous avez des douleurs musculaires. Peu à peu, les muscles s’oxygènent et les tensions se relâchent. Le lendemain, quelques courbatures et une sensation d’avoir des bleus se déclarent. Ici, les masseuses ne prennent pas de gant, l’idée étant de lever les tensions, débloquer les méridiens d’énergie et améliorer les problèmes circulatoires lymphatiques et sanguins. L’art de souffrir pour aller mieux… Vous pouvez tester le sauna aux herbes aussi, dans de toutes petites cabines (2€).

 

8. Aumône des moines à l’aube

que-voir-au-laos

Chaque matin, à l’aube, plus d’une centaine de moines vêtus de robes couleur safran défilent dans les rues à la queue leu leu et en silence. C’est le tak bat. Je sors du lit à reculons et rejoins la rue où les gens sont déjà installés. Devant chaque maisonnée, un membre de la famille est agenouillé (femme) ou debout (homme). Ils placent dans le bol du moine un peu de riz gluant ou des paquets de biscuits. Je suis étonnée de voir certains moines se débarrasser de leurs provisions dans une poubelle. En réalité, ils ne peuvent garder que le nécessaire. Cela fait partie des enseignements du Bouddha, de ne pas accumuler plus de biens qu’il n’est nécessaire pour sa survie. Quelques enfants pauvres sont donc installés ici et là, avec un sac plastique ouvert devant eux, la tête baissée, espérant que les moines leur laisseront ce qui vient de leur être offert.

marche-luang-prabangA ma grande surprise, je repère un minibus d’où sort une dizaine de moines thaïlandais, appareil photo à la main. Ces derniers ne pratiquent plus le tak bat dans leur pays, et doivent au moins une fois dans leur vie venir à Luang Prabang, ville sacrée. Étrangement, ils semblent percevoir ce rite plus comme une attraction touristique que comme un moment de recueillement. Le problème qui se pose depuis plusieurs années est le manque de respect des touristes. Les flashs des appareils photos et la proximité avec les moines perturbent cette procession silencieuse au caractère sacré. Il est donc vivement recommandé de garder ses distances.

9. Séance de yoga à Utopia

Utopia est un bar-restaurant décontracté, idéal pour se détendre au milieu des coussins dans un joli cadre zen ou pour passer une soirée plus animée à siroter un cocktail avec de la bonne musique. Tous les jours, à 7h30, il est possible de suivre le cours de yoga collectif avant de commencer la journée. Une séance de bien-être vivifiante sur la terrasse surplombant la rivière. Pour 4€ seulement, cela vaut vraiment le coup, et les professeurs de passage qui enseignent ici semblent vraiment compétents.

10. Cascade de Tat Kuang Si

En Asie du Sud-Est, il semble que chaque cascade, aussi petite soit-elle, est une attraction touristique. Quiconque a eu la chance de voir des cascades telles que les chutes du Niagara est forcément toujours un peu déçu. Mais la cascade de Tat Kuang Si, elle, est vraiment magnifique. L’eau est d’un incroyable bleu turquoise. Cela s’explique par le fait qu’elle s’écoule au milieu de nombreuses roches calcaires. Les particules de calcaire récoltées en chemin, qui contiennent de haut taux de carbonate de calcium, réfléchissent la lumière. L’eau nous apparaît turquoise. Il est possible de se baigner, au milieu des jeunes moines, des Laotiens et des touristes, qui font fi des signaux à l’entrée : bikinis interdits. Une simple question de pudeur et de respect vis-à-vis des locaux.

kuang-si-luang-prabang


BONNES ADRESSES Testées et approuvées à 200% !

    • Thongbay Guesthouse : Thongbay signifie « l’or de la fleur » en lao. L’accueil ici est très professionnel et chaleureux, avec un verre de bienvenue délicieusement sucré. En passant le portail on se retrouve dans un jardin luxuriant, bien entretenu, coloré par une multitude de fleurs et de papillons. Les bungalows sont spacieux, propres et très jolis, avec une belle salle de bain en pierre. Le matin, un bon et copieux petit-déjeuner est déposé devant la chambre. Bien qu’excentrée, cette guesthouse a un système de navette et des vélos gratuits à disposition pour rejoindre le centre de Luang Prabang en 5 minutes. Un petit paradis. Prix : 32-67€.
    • Apple Guesthouse : Jimmy, le manager très sympathique, est originaire d’une famille pauvre d’un village voisin. Avec beaucoup de détermination et l’aide d’une famille australienne, il a pu faire des études avant de monter cette jolie guesthouse dans le centre historique de Luang Prabang. Située dans une petite impasse, c’est très calme. Les chambres sont propres, avec un joli mobilier. Il y a un bon wifi, et à l’étage une terrasse permet de se poser pour boire un thé ou café (gratuits) ou des provisions ramenées du marché nocturne. Prix : 15-37€.
    • Kamu Lodge : voir l’article entier dédié à cet écolodge.

     

Retrouvez l’ensemble des articles de ce voyage ici : Quatre mois en Asie du Sud-Est

***

* * * Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir d'un seul clic, merci ! * * *

4 commentaires pour “10 choses à faire à Luang Prabang, joyau du Laos”

  1. Luang Prabang… quelle belle petite ville au charme incomparable. J’ajouterais les grottes Pak Ou et les cascades Tad Sae qui sont magnifiques 🙂
    Rachel – Blog voyage Découverte Monde Articles récents…Visiter Bruges en Belgique : Le charme d’une ville de canaux et de ruellesMy Profile

  2. Ian dit :

    Hi Lauren L have really enjoyed your account of Luang Prabang. As you say the Kuang Si waterfall is truly the best I have seen during my trip. I leave today for five days in Sydney and then home to New Zealand. It has been a very good trip and a pleasure to meet you. Good luck for the future wherever that may be.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge